Depuis le mois de novembre 2018, les Français ont exprimé la volonté forte de replacer au centre de notre République une plus grande concertation et une meilleure prise en compte des préoccupations quotidiennes qu’ils rencontrent : se chauffer, se déplacer, se former. Ainsi, dans l’après-midi du samedi 24 novembre, alors qu’à Fécamp, le hareng-roi était joyeusement célébré dans le quartier du port, je pris la décision d’aller à la rencontre de ceux que l’on appelle les #giletsjaunes. Je suis allée à leur rencontre sur les ronds-points. Mon objectif était ambitieux : je souhaitais me rendre sur tous les ronds-points de la circonscription. En réalité, je n’eus le temps de rejoindre que 5 rassemblements.

Ce samedi après-midi du mois de novembre 2018, je suis allée réaffirmer à ces gens que je les entends, écouter tous ces mots qu’ils taisent. J’ai entendu des mots durs, violents, bruts, j’ai entendu leurs craintes, leurs peurs, mais aussi et cela était inattendu des mots de réconfort et une solidarité féminine.

Depuis ce samedi de novembre, outre la réunion du vendredi 7 décembre qui m’a amenée à rencontrer certains habitants de Bolbec, Goderville et Fécamp, investis dans le mouvement dit des Gilets jaunes, une vingtaine d’habitants ont obtenu un rendez-vous à la permanence en circonscription pour me faire part de leurs préoccupations et réclamer mon aide afin d’améliorer leurs situations.

Une quarantaine de personnes nous ont joints par téléphone ou par mail. Et les premiers cahiers de doléances m’ont été transmis.

A chaque fois, les rencontres ont mis en exergue trois thématiques majeures : l’emploi, la formation et les solidarités. Plus généralement se posait la question de l’accès de chacun aux services assurés par nos administrations ou nos grands organismes publics.

Dès la fin du mois de décembre, je me suis donc rapproché de trois acteurs-clefs pour soutenir les demandes de mes concitoyens : le réseau associatif, les travailleurs sociaux et le Pôle Emploi. En ma qualité de Députée, représentant l’intérêt de tous les Français, je m’engage à m’assurer que chaque situation est suivie par les services publics compétents et à jouer, si nécessaire, un rôle d’intermédiaire afin d’encourager le rapprochement des citoyens avec nos administrations. La perspective du grand débat national se trouve dans la continuité des dialogues que j’ai entamés depuis le début de mon mandat : qu’il s’agisse des tables-rondes préalables aux projets de lois et décrets (programmation pluriannuelle énergétique ou projet de loi portant sur l’économie circulaire prévu en 2019) ou des permanences mobiles que j’effectuerai en 2019 à Saint-Romain de Colbosc et Bolbec (j’attends encore le retour de Goderville et Fauville-en-Caux), l’esprit de concertation, de co-construction a toujours été au cœur de mes engagements.

Catégories : Circonscription