Déchets plastiques en mer : solutions à terre !

 

Jeudi 13 Septembre, l’Assemblée se prêtait au jeu des conférences et devenait, pour un temps, la tribune des grands acteurs de l’écologie.

 

Je me suis faite représenter lors d’une table-ronde organisée par la Fondation Surfrider Europe, intitulée : « Déchets en mer, solutions à terre ! ». Ce fut l’occasion de rencontrer les représentants de cette association chargée de la protection des océans.

 

Les plastiques en mer, une problématique globale encore largement méconnue

 

L’état de nos cours d’eau vis-à-vis de la pollution par les plastiques est préoccupant. Selon Johnny GASPERI, docteur en science de l’environnement, seuls 20 à 30 % des plastiques parviendraient à être recyclés en Europe. Or, les débris qui demeurent (que l’on appelle les micro-plastiques) se retrouvent partout dans notre vie quotidienne : dans nos eaux, nos textiles et, par effet de ricochet, jusque dans l’air que nous respirons.

A l’heure actuelle, on estime que 12 millions de tonnes de plastique gravitent autour des océans. Parmi elles, 90 % se trouvent sous l’eau ; ce qui rend leur nettoyage particulièrement complexe à mettre en oeuvre, malgré la technologie. C’est la raison pour laquelle une réponse politique est nécessaire.

 

« Nous désirons agir concrètement contre ce problème » 

 

Avec la feuille de route pour l’économie circulaire (FREC) annoncée par le Premier Ministre au mois de mai dernier, la majorité se donne pour mission d’agir contre ce phénomène. Nous voulons faire en sorte que les produits ne deviennent plus des déchets et que les déchets deviennent des produits. La transformation écologique doit effectivement être menée de front, avec du courage et de la détermination politique. Brune POIRSON, Secrétaire d’Etat en charge de la question, agit en ce sens pour que des mesures visant la réduction des déchets plastiques soient prises au niveau européen.

Afin que nous puissions honorer la promesse du candidat Macron – celle de tendre vers 100 % de plastique recyclable d’ici 2025 – il nous faudra aussi penser à une fiscalité incitative. Il faut encourager les entreprises à produire proprement et permettre aux consommateurs de bénéficier des meilleurs tarifs sur les biens éco-responsables. En effet, il n’est pas normal que le recyclage coûte plus cher que l’enfouissement !

 

 

Cette conférence s’est clôturée par la promesse de mettre fin à l’utilisation de bouteilles en plastique au sein de l’Assemblée Nationale d’ici la fin du mandat.

Un engagement que Surfrider Foundation Europe suivra de très près dans le cadre de sa campagne Reset Your Habits dédiée à la lutte contre les bouteilles en plastique.

Il a également été souligné que l’action politique doit être combinée à la mobilisation citoyenne. Pour cela Surfrider Foundation Europe propose à tous les citoyens de faire entendre leur voix à propos de l’Océan à travers la consultation européenne Voice For The Ocean.

 

 

« Tout est en place pour que nous réussissions collectivement »

 

Les citoyens sont prêts pour ces changements qu’ils appellent de plus en plus régulièrement de leurs vœux. Nous avons chaque jour la preuve qu’il existe une véritable demande pour un environnement plus sain. Nous le voyons aujourd’hui avec l’apparition d’une centaine d’épiceries-vrac ; avec l’avènement d’actions concrètes comme le World Clean Up Day 2018 (https://worldcleanupday.fr/) ou encore la recrudescence des adhésions à des structures semblables à celles de Zero Waste France (https://www.zerowastefrance.org/), représentée à cette conférence par Laura CHATEL.

Il est désormais plus que temps d’agir contre la prolifération des plastiques non-recyclables. Pour le bien de tous. J’emprunterai d’ailleurs ma conclusion à Barbara POMPILI, présidente de la Commission du développement durable et de l’Aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, en disant que la matière première est là, et que j’ai confiance en nous pour la faire fructifier grâce à l’implication de chacun.

 

Retrouvez ici toutes les informations relatives à l’action de Surfrider en Europe : https://www.surfrider.org/