Des rencontres réussies, pour les énergies renouvelables

J’ai participé, le 10 avril 2018, aux 9èmes rencontres pour les énergies renouvelables, à la Maison de la Chimie. J’ai pu y aborder l’importance de sujet dans l’autonomisation des femmes et la place qu’elles doivent prendre dans l’économie décarbonée de demain. L’importance de l’hydrogène est également à souligner comme vecteur d’électricité et de stockage.

Ces énergies auront une part belle dans la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) prochainement annoncée par Nicolas Hulot, Ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire. A cette occasion, j’organise prochainement un débat public sur l’énergie afin que tous puissent s’informer et échanger sur cette thématique essentielle. Inscrivez-vous sur www.kerbarh.fr/inscription-PPE.

Retrouvez ci-dessous mes propos lors de cette rencontre :

Je remercie Édouard Sauvage d’avoir insisté sur le fait que la PPE porte vraiment sur l’énergie et non sur l’électricité. Il faut vraiment garder le fait à l’esprit. Nous avons deux défis à relever à travers la PPE : d’une part, respecter les objectifs pour parvenir à la neutralité carbone en 2050, ce qui doit guider la construction de notre schéma, et d’autre part, relever le défi industriel.

En effet, le développement des énergies renouvelables passera par la création de filières à développer dans les territoires. Veillons aussi à ce que la PPE ne nous fasse pas perdre nos savoir-faire dans le domaine particulier de la valorisation et du recyclage nucléaires. Le stockage des énergies renouvelables pose également un grand défi technologique auquel l’hydrogène offre une piste prometteuse.

La France a le grand avantage d’exporter 10 % de son électricité dans un continent où le charbon fournit encore un quart de la production électrique. Notre pays a donc une vraie carte à jouer dans la transition écologique, y compris d’un point de vue économique.

Quelques mots sur Acte (Accélérateur de la transition écologique), lancé récemment par le ministère de la Transition écologique et placé sous la présidence de Jean- Dominique Sénard. Il regroupe plusieurs acteurs autour de six grands thèmes, dont la rénovation des bâtiments, très émetteurs de CO2, un plan climat autour de la mobilité, un plan global de libération des énergies pour construire des processus et des filières, l’économie circulaire avec la dynamique territoriale et l’aménagement des zones d’activité, et l’implantation industrielle de productions d’énergie, la fiscalité écologique et la formalisation des actions à mener en matière de finance verte.

En tant que présidente du groupe d’étude de responsabilité sociétale, je fais aussi partie de l’APF (association parlementaire de la francophonie) et suis rapporteure pour le réseau des femmes. J’insiste sur le fait que l’accès à l’énergie favorise l’autonomisation des femmes.